Avis de manifestation d’intérêt pour l’accompagnement technique des participants au développement de 2 jardins communautaires

1. Contexte
L’insécurité alimentaire des populations pauvres des zones urbaines du Sud du Sahara constitue un sérieux défi de développement. Les inconvénients d’une urbanisation rapide sont bien connus. Le nombre d’habitants croit plus vite que ne peut faire face l’offre en infrastructure et services de base, résultant en des mégapoles surpeuplées. Particulièrement, la sécurité alimentaire au sein des populations urbaines pauvres est alarmante.

En effet, dans les zones rurales, les terres cultivées et le bétail autour des fermes constituent un filet de protection naturel contre les pénuries alimentaires saisonnières et la volatilité des prix. Les zones urbaines en revanche, ne bénéficient pas de cette protection et plusieurs habitants des villes cherchent une situation alimentaire plus sécurisante. Plus encore, les produits qui sont des denrées de base dans les zones rurales tels que les fruits, les légumes et les produits laitiers peuvent devenir des biens de luxe non abordables pour les populations urbaines pauvres.

La situation est particulièrement alarmante pour les femmes chefs de ménages ayant des enfants à charge et qui ont un accès limité à des capitaux et au travail. D’où la nécessité urgente d’une prise en compte de filets de sécurité pour les populations urbaines pauvres, avec une meilleure focalisation sur l’autonomie. Le Bénin est une illustration de pays qui connait ces problèmes, figurant constamment dans les 10 derniers de l’Index sur le Développement Humain.

Le taux officiel de pauvreté était de 47% en 2003 et s’est accru à 52% en 2011. Les données de la FAO montrent que la malnutrition a été réduite de 20% (19902000) à 10% (2010-2014). Pourtant, cet indicateur à base calorifique masque d’importantes différences au sein de différents groupes de la population et ignore les aspects de qualité des aliments.

Dans le but de traiter ces questions, le consortium constitué du Amsterdam Centre for World Food Studies, du Centre d’Actions pour l’Environnement et le Développement Durable et de l’Ecole d’Economie, de Socio-Anthropologie et de Communication de la Faculté des Sciences Agronomiques initie ce projet qui a pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire des populations urbaines pauvres, en particulier les femmes et les enfants, grâce au développement de jardins communautaires dans les zones urbaines et périurbaines du Bénin.

C’est dans ce cadre que cet avis à manifestation d’intérêt a été lancé pour le recrutement d’un consultant ayant de compétences avérées en matière de production maraichère et pouvant former et suivre les participants.

2. Objectifs de l’accompagnement technique
Le présent accompagnement vise à doter les participants aux jardins pilotes, de connaissances techniques pour le développement réussi de 2 jardins communautaires :
De façon spécifique, il s’agit pour le consultant d’accompagner le projet dans : – L’identification, l’aménagement des sites, et l’installation des bénéficiaires ; – La planification et l’organisation du calendrier cultural ;- La formation des participants sur les objectifs de production (itinéraires techniques des principales cultures identifiées dans le calendrier cultural ; – La formation des participants sur la gestion des récoltes (stockage et conservation, stratégies de vente des produits, etc.) ; – Le suivi-conseil après formation (visites-conseils, etc.).

3. Résultats attendus
Au terme de l’accompagnement technique :
– Les participants sont outillés sur les stratégies d’organisation et de planification du calendrier cultural : élaboration du plan de campagne, stratégies d’achats de semences groupées et de ventes groupées ; – Les participants sont capables de produire facilement les principales cultures maraichères (tomate, piment, laitue, carotte, quelques légumes feuilles, etc.) ; – Les participants sont capables de produire des semences de qualité (récolte, séchage, tri, identification, stockage et conservation des semences) ; – Les participants savent établir leur compte d’exploitation ; – Les participants sont suivis sur 6 mois et sont capables de produire sans accompagnement technique à l’avenir.

4. Profil du consultant
Le consultant recherché doit justifier des qualifications ci-après :
– Un spécialiste ayant comme compétences (minimum BAC+5 en Production Végétale et de solides expériences professionnelles) ; – Une expérience pratique avérée en maraichage urbain et périurbain ; – Avoir une compétence confirmée en animation villageoise ; – Avoir une excellente maitrise parlée et écrite de la langue française ; – Avoir une bonne maitrise de la zone de mise en œuvre du projet et des langues locales parlées serait un atout ; – Une expérience pédagogique pour travailler avec des maraîchers de divers profils (analphabètes, etc.).

5. Tâches du consultant
Il sera attendu du consultant qu’il :
– Conseille les participants dans le choix de spéculations, variétés et semences de qualité ; – Forme les participants aux pratiques de production végétale et respectueuses de l’environnement ; – Forme les participants sur les techniques de production de semences maraîchères ; – Suive les participants sur leurs parcelles afin de les conseiller au mieux ; – Produise des documents de capitalisation : fiches techniques/des supports didactiques adaptés au profil des participants et un rapport de fin de de consultation.

6. Période de l’accompagnement
L’accompagnement technique se fera en 2 phases. La première phase va consister à l’accompagnement dans l’aménagement des sites et la formation des participants aux techniques de production et de récolte. La seconde phase suivra automatiquement la première et va consister au suivi-conseil périodique des participants sur le cycle de production (pépinière, production, lutte phytosanitaire, récolte, vente, etc.).

7. Orientations méthodologiques
La méthodologie à utiliser pour l’accompagnement technique et un calendrier opérationnel seront proposés par le consultant. Le consultant devra donc présenter dans la proposition technique une méthodologie détaillée. La formation devra être technico-pratique avec le focus sur les itinéraires techniques de production maraichère à orientation agro-écologique. Le consultant doit veiller à conduire le travail sur une durée de 6 mois.

8. Soumission
Toute personne intéressée par le présent appel doit soumettre un dossier contenant :
– Une offre technique et financière (4 pages au maximum) ; – Un Curriculum vitae présentant un résumé des expériences en rapport avec l’objet de la consultation (2 pages maximum).
L’offre technique devra préciser entre autres :
– La compréhension des termes de références ; – La démarche méthodologique pour conduire le processus ; – Les modules de formation ; – Un calendrier opérationnel ;
Quant à l’offre financière, elle donnera les détails nécessaires sur les différents éléments de coûts relatifs à la présente consultation.
Le dossier doit être compilé dans un seul fichier PDF en respectant l’ordre susmentionné et envoyé à JOB@aced-benin.org avec comme objet « Accompagnement Technique ». La date limite de soumission est fixée au 26 Mars 2017.

9. Renseignements
Pour tout renseignement concernant cet appel, veuillez envoyer un mail à JOB@acedbenin.org ou appeler le +(229) 21 36 32 36.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp