ACED et l’UQAM lance un nouveau projet sur les changements climatiques

Dans le but d’étudier la vulnérabilité et les efforts d’adaptation aux changements et à la variabilité climatiques de neuf communautés côtières du sud-ouest Bénin et du delta du Saloum au Sénégal, ACED et l’Université du Québec à Montréal (UQAM) lance un nouveau projet intitulé « adaptation de zones côtières aux changements et à la variabilité climatiques – échange des expériences canadiennes et africaines ». Ce projet vise à effectuer des recherches-actions participatives en vue de renforcer le partage de connaissances et favoriser l’adaptation des communautés côtières aux changements climatiques. Le projet vise à étudier deux cas d’adaptation aux changements climatiques au Bénin et au Sénégal et partager les connaissances avec les communautés et les acteurs impliqués dans le processus d’adaptation climatique. De manière spécifique, le projet vise à:

1) approfondir les connaissances sur les changements environnementaux, la vulnérabilité et l’adaptation climatique à l’échelle locale,

2) tisser des liens entres les territoires participant à l’étude, au moyen d’un atelier de travail et d’autres échanges,

3) disséminer les enseignements des études de cas à l’aide de contenus en ligne, des outils du Web 2.0 et des médias sociaux, en plus des canaux scientifiques traditionnels.

L’orientation du projet est donc axée à la fois sur l’aspect scientifique à travers des études de terrain et publications dans des revues spécialisées, sur les dimensions locales par l’appropriation des connaissances par les communautés impliquées, et sur la dissémination et la mise à disposition à plus grande échelle des travaux à travers les technologies d’information et de communication. Ainsi, le projet profitera non seulement aux régions d’étude, mais aux communautés côtières tant en Afrique qu’au Canada, de façon mutuelle, par l’intégration des études de cas du projet avec celles effectuées au Canada. Le projet contribuera à la formation de personnel hautement qualifié (un étudiant de maîtrise inscrite à l’ISE-UQAM, deux étudiants béninois inscrit à L’Université de Parakou, un chercheur-consultant sénégalais impliqué dans les études de terrain) et à renforcer les collaborations déjà initiées entre les universités canadiennes et les institutions béninoises et sénégalaises. À plus long terme, l’utilisation de plateformes internet permettra de continuer au-delà de la durée du présent projet, la formation, la sensibilisation et l’interaction entre les communautés et les acteurs de l’adaptation climatique à travers les outils pédagogiques développés, sans être tributaire de la présence des chercheurs.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp