Promouvoir l’utilisation des données probantes : Pourquoi et comment sommes-nous passés de 60-40 à 40-60?

Lorsque nous avons commencé à travailler avec les décideurs au Bénin pour améliorer l’utilisation des données probantes dans la prise de décisions, l’une de nos principales hypothèses était que l’utilisation des données probantes était faible parce que les décideurs n’avaient pas la capacité d’élaborer des politiques fondées sur des données probantes. Par conséquent, nous avons planifié des activités de renforcement des capacités telles que la formation et la fourniture d’équipement. Les décideurs ont été formés sur la façon d’accéder, d’interpréter et d’utiliser les données probantes dans le cycle d’élaboration des politiques. En outre, lorsque cela était nécessaire, des équipements tels que des ordinateurs et des appareils Internet ont été proposés pour améliorer l’accès aux résultats de la recherche en ligne. Nous avons donc consacré plus d’efforts au renforcement des capacités (60 %) qu’au soutien à l’utilisation des données probantes (40 %). Notre raisonnement était qu’une fois que les décideurs auraient la capacité d’accéder aux données probantes et de les utiliser, ils appliqueraient ces capacités dans leur travail.

Cependant, nous avons réalisé plus tard que, bien que le renforcement des capacités soit essentiel, il n’est peut-être pas la raison la plus importante de la faible utilisation systématique des données probantes. En fait, nous avons remarqué que même lorsque les capacités sont renforcées, les décideurs ne sont pas en mesure d’utiliser systématiquement les données probantes parce que, la plupart du temps, ils ne parviennent pas à identifier les possibilités d’utilisation systématique des données probantes. Par conséquent, nous avons décidé d’inverser notre approche pour nous concentrer davantage sur l’utilisation des données probantes (60 %) que sur le renforcement des capacités (40 %).

L’une des implications est que nous consacrons plus de temps et de ressources à l’identification et à la compréhension des opportunités d’utilisation systématique des données probantes et au renforcement des capacités en fonction de ces opportunités. Deux types d’opportunités ont été considérés : les opportunités d’utilisation stratégique pour définir les plans de développement, les stratégies, les budgets, les projets et les programmes ; et les opportunités d’utilisation routinière (quotidienne). Des demandes spécifiques ont été recueillies auprès des décideurs politiques afin de mieux comprendre leurs besoins en données probantes. Par exemple, les municipalités de So-ava et des Aguégués ont demandé un plan d’action fondé sur des données probantes pour réduire l’impact négatif de la prolifération de la jacinthe d’eau sur l’environnement et l’économie locale. D’autres municipalités ont souligné le besoin de données probantes sur les facteurs critiques de réussite/échec de l’entrepreneuriat agricole des jeunes.

Par conséquent, nos activités de renforcement des capacités adopteront une approche d’apprentissage par l’expérience grâce à laquelle les décideurs seront formés sur des cas concrets d’utilisation des données probantes. Ils seront formés pour identifier les besoins et les opportunités en matière de données probantes, accéder aux données pertinentes et les utiliser pour appuyer les décisions. Nous espérons que plus nous travaillerons avec eux sur de réelles opportunités, plus ils développeront l’habitude d’utiliser des données probantes. Notre service d’assistance jouera un rôle essentiel dans ce changement stratégique.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp