Définition d’itinéraires techniques agroécologiques utilisant le compost de jacinthes d’eau pour trois cultures maraichères

Au Benin, le maraichage est une importante activité agricole qui occupe des milliers de personnes dans les milieux urbains, péri-urbains et ruraux. Il permet de mettre en valeur les zones à hydromorphie particulière (Vallée, bas fond, plaine alluviale). Dans les zones non hydromorphes, il nécessite la mise en place d’aménagements (retenues, irrigation) pour l’apport en eau régulier, l’eau étant l’une des déterminants clé de ce mode de production agricole. Parmi les contraintes couramment évoquées par les maraichers, il y a le coût des fertilisants chimiques et la disponibilité des fertilisants organiques.

Dans la commune de Sô-Ava (département de l’Atlantique), les jeunes et les femmes maraichères ont été appuyés par les organisations ACED et Gevalor sur le compostage de la jacinthe d’eau, une ressource abondante sur le lac Nokoué et sur de nombreux cours d’eaux intérieurs au sud Benin. L’innovation a obtenu une forte adhésion des maraicher(e)s qui utilisent ce compost de bonne qualité pour améliorer leur production maraichère.

Cependant, plusieurs contraintes subsistent et handicapent une utilisation optimale du compost de jacinthe d’eau et une diffusion généralisée de l’innovation. Il s’agit entre autres de la maitrise de l’itinéraire agro-écologique ainsi que la dose optimale pour l’application du compost de jacinthe. C’est dans l’optique d’apporter des éléments de réponse à ces préoccupations qu’une mission d’étude a été diligentée par ACED pour échanger et co-conduire avec les maraichers de Sô-Ava une expérimentation afin de définir de façon participative les itinéraires techniques agro écologiques utilisant le compost de jacinthes d’eau pour trois cultures maraichères (piment, tomate et amaranthe).

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp