Trois défis stratégiques

Relever le niveau d’accès des petits exploitants agricoles aux innovations et aux marchés. La plupart des interventions sur les questions liées à la SAN se concentrent stratégiquement sur les petits exploitants agricoles qui représentent la majorité des agriculteurs dans le monde[1].  Ce groupe cible est paradoxalement connu pour être particulièrement touché par l’insécurité alimentaire et la malnutrition, tout en jouant un rôle essentiel pour assurer la SAN. Mais le monde a développé – et continue de développer – des innovations agricoles qui pourraient accroître la productivité et les performances des petits exploitants. Cependant, très souvent, ces innovations n’atteignent pas les petits exploitants. Par ailleurs, les petits exploitants agricoles sont connus pour leur accès faible et instable aux marchés. Par conséquent, notre nouvelle stratégie s’appuiera sur l’ensemble des interventions visant à améliorer l’accès des petits exploitants aux innovations et aux marchés.

Faire prendre conscience du déclin du capital naturel et œuvrer pour sa conservation. Les réponses aux interventions sur les questions liées à la SAN, et au bien-être général des communautés, sont déterminées par notre relation avec le capital naturel. De récents indicateurs de progrès indiquent un déclin inquiétant du capital naturel mondial[2], avec des taux d’extinction d’espèces de plus en plus élevés et des pressions sans cesse croissantes sur la biodiversité. Grâce à notre nouvelle stratégie, nous nous joindrons aux organisations locales et internationales de premier plan pour protéger la nature et sa contribution au bien-être des populations (services écosystémiques).

Créer et maintenir la culture de l’utilisation des données probantes dans les politiques et les pratiques. Les problématiques d’insécurité alimentaire et nutritionnelle et de déclin du capital naturel ont conduit à l’élaboration de nombreuses réponses stratégiques et spontanées dans le monde entier en termes de nouvelles politiques, plans, programmes et projets. Malheureusement, ces réponses ne parviennent pas à stopper la progression de l’insécurité alimentaire et la perte de la biodiversité. Cette réalité des interventions dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de la conservation des ressources naturelles est notamment due à la qualité des décisions prises en amont et des actions entreprises en aval, qui ne sont pas fondées sur des données probantes. Notre nouvelle stratégie est ambitieuse en ce qui concerne cet aspect des interventions, et soutient la production, la diffusion et l’utilisation des évidences pour éclairer les politiques et les décisions en matière de sécurité alimentaire et de préservation du capital naturel.

[1] Les exploitations de moins d’un hectare représentent 70% de toutes les formes.

[2] https://www.wavespartnership.org/en/knowledge-center/status-and-trends-global-ecosystem-services-and-natural-capital-assessing-progress

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp